Histoire du lac du Salagou

Dés 1860, le maire du village de Celles, Mr Toussaint Vailhé, a pour projet de réaliser un barrage sur la rivière Salagou.

Au cours des années 1921 et 1922, différents scientifiques se penchent sur l'étude géologique du bassin de l'Hérault. Le but étant d'implanter un barrage hydro-électrique afin de réguler les crues. Le professeur Jean Tricart (Directeur du Centre de Géographie Appliquée de Strasbourg) préconise la construction de deux barrages :

- à Saint Guilhem le Désert sur l'Hérault

- sur la rivière du Salagou affluent de la Lergue


Le barrage du Salagou présente un double intérêt, celui d'écrêter les crues mais également de permettre l'irrigation des terres agricoles.

Le 30 novembre 1960, la demande de déclaration d'utilité publique des travaux est déposée. Le marché est passé avec trois entreprises " conjointes" (l'entreprise BEC, SARL Ricardo Mazza et Les Travaux Souterrains) sous la responsabilité générale de l'ingénieur Claude Seeli.

Les vannes du barrage sont fermées le 4 mars 1969. Il faudra 2 ans pour que le lac atteigne la cote de 139 (officiellement le 23 avril 1971).

Le réseau d'irrigation envisagé au départ n'a pas pu être réalisé faute de moyen financier.

L'exploitation électrique est attribuée à la CNARBRL en 1985 pour une durée de 30 ans (puissance maximale brute 240KW).

L'intérêt touristique prend finalement le dessous sur les autres utilisations du lac et c'est en 1988 qu’un arrêté préfectoral met à disposition de la plaisance le plan d'eau (les bateaux à moteur thermique restent interdits hormis des engins de sécurité).

En 1972, le Conseil Général accorde à la fédération des associations de pêche un bail de cinq ans qui est régulièrement renouvelé jusqu'à nos jours.

Le 5 février 1996, Marcel Vidal (Maire de Clermont-l'Hérault de 1971 à 2001 et Sénateur de l'Hérault du 28 septembre 1980 à sa mort 2006) demande le classement du site du Salagou.

Le lac du Salagou est actuellement classé en zone protégée afin d'en préserver sa beauté et son équilibre écologique.

Le Salagou en chiffre: 

            - Profondeur : environs 40 mètres

            - Surface : 700 hectares

            - Volume : 102 millions de m3